Du chocolat au plaisir!

Fatiguée, je suis rentrée chez moi après une journée difficile et stressante… Le cas de kidnapping augmente ainsi que mon stress dans ce foutu pays. Je ne m’attendais pas à te voir ce jour là (14 février), tu m’as surpris en risquant ta vie dans un pays où l’insécurité fait rage… Te voici, allongé sur le lit, coeur joyeux et impatient de me voir franchir le seuil de ma chambre. Dans le sillage de ton parfum généreux se mêlent les odeurs aromatiques des bougies allumées sur le lit et sur le sol… Ma chambre était lumineuse comme un sapin de noël.

Sincèrement je n’ai jamais pensé que tu seras à la capitale pour fêter cette journée consacrée à l’amour avec moi… Tu m’as surpris! Je ne savais quoi dire car t’étais là me préparant la surprise de toute ma vie. En poussant la porte, lorsque t’as crié “Chérie, enlèves tes chaussures”, j’ai réalisé la beauté de ma chambre avec ses diverses bougies, des pétales de rose étalées sur le sol et un joli coeur sur le lit entourant une bouteille de champagne et deux verres accompagnés de deux bougies. D’un seul coup je ne ressens plus la fatigue, mes yeux brillent, le battement de mon coeur augmente, je me sens gâtée.

D’habitude je n’aime pas fêter cette dâte mais toi, tu l’as marqué à vie… Des fraises, du chocolat blanc, de la crême… Tout ça sur mon bureau décoré comme une table garnie, tu m’as fait perdre la tête une ènième fois. Depuis que je suis née, personne ne m’a jamais fait une telle surprise mais, toi, t’as mis le parquet. Tu m’as traité comme une reine et t’as pris soin de moi comme un bébé nouvellement né. Ce 14 février 2020, j’ai appris une autre facette de toi, tu m’as montré ce qu’on peut faire quand on donne une chance à ce petit mot ” AMOUR”. Le plus important c’est de reprendre notre ébat sexuel là où nous avons arrêté la semaine dernière… Bain de mousse nous avons passé plus d’une demi heure à s’embrasser, à batifoler dans la baignoire.

Quelques minutes après, allongés par terre sur les pétales, nous conjuguons l’alphabet en latin… Arrosée de champagne, j’implore ma ration de plaisir. Tu râles, je gémis, mon visage bascule en abandonnant complètement mon corps à un tel désir. Ta mine abandonnée chavire, tes lèvres mouillées s’entrouvent, affamées… Ton coprs si chaud et doux ondule sous mes caresses. Je te bouffe… Tu laisses couler sur moi le chocolat et la crème… Des petites fraises déposées sur mon corps et t’as pris un instant pour me garder jusqu’à m’attendre susurrer “Prends moi”.

Tu souris, tu dégustes patiemment les petits délices… Tes paumes fermes malaxent une fesse pour mieux dévoiler mes orifices qui suintent de cette champagne qui t’affole. Avec delicatesse, tu passes ta langue pour savourer ma douce friandise. Avec les paroles de la chanson” My All” de Mariah Carey en boucle, nos corps fusionnent à l’unisson, nous avons atteint l’extrême orgasme. En cette nuit, nous avons remplit les vides, étancher notre soif et rassasier notre faim. Nos regards se croisèrent, se mêlèrent. Et le sol se déroba sous nos corps. Ma peau se couvrit de chair de poule à chaque moment où tu me léchas pour savourer la douceur sucrée sur mon corps.

Le rythme augmente, nos corps en demandent davantage… Me donnant la main pour m’aider à me relever, tu me plaques contre le placard marron de ma chambre. C’est violent, brutal, passionné, animal. T’es dans mon dos, nos mains déposées au même endroit sur le placard. Bombances de saccades entre nos reins. Le bois encaisse bien, en craquant, mais il encaisse parfaitement bien en s’ajoutant au concert de nos chuintements. On se resserre. Des mouvements rapides et intenses, le placard est vraiment mis à contribution. Mieux que le sol, il nous renvoie un peu de notre fougue.

Ma quenelle perle d’une champagne salé. Tu m’as huilée et tu te pointes à l’entrée de mon four chaud et brillant. Palpitant et suave ton bâton gonflé d’orgeat plonge dans ma chair sucrée. Ce 14 février là, nous avons voyagé au rythme de nos désirs comme on découvre tout d’un coup l’etendue d’un pays pas à pas les yeux grand ouvert. Notre vie sexuelle épanouie et gourmande rendit notre couple encore plus amoureux, encore plus uni et plus fort. Comme deux doux et heureux obsédés. Nous sommes complémentaires!

Tu as mieux appris ta partition et la pratique a été spéciale et magique. J’ai cru plusieurs fois que je ne pourrais pas reprendre mon souffle. Pour conclure, un ultime gémissement long et puissant. Je comprends finalement le cliché “à couper le souffle” car tu m’as coupé le souffle. La nuit était si douce et apétissante. Et le sommeil nous est venu rapidement.

Après ce merveilleux moment, ce dimanche matin 16 février, tu es rentré chez toi… Et tu me manques. Tu commences à me manquer avant même que notre dernier baiser soit terminé. Je veux seulement que tu saches que je suis avec toi. Mon amour, ta beauté irradie de ton âme. Je me souviens de cette journée où tu es venu et m’as fait l’amour sans mot, je n’ai jamais laissé personne m’avoir, laissé personne me prendre, me ravager comme je te l’ai permis. Tu m’as donné un si beau cadeau, l’autre moitié de moi-même… Tu me fais entière. Et j’aime la façon que tu me fais me sentir.

Par Esther V. (Bibi toutan)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: