“Ma souffrance perpétuelle”

Je me suis réveillée ce matin, je devrais sortir pour travailler et passer la journée en plein soleil mais le plan a changé, je suis restée dans mon lit douillet. Je ne peux pas m’apitoyer sur mon sort, mais je peux changer l’avenir. Autrefois, c’était difficile de faire ce que j’avais envie puisque je manquais de possibilités et aujourd’hui je peux non seulement vivre ma vie mais je peux également laisser libre choix à mes fils… Oui, à mes fils.

J’ai grandi et je suis devenue adulte…Personne ne peut me dire quoi faire, ne peut me dicter la marche à suivre parce que je vivrai comme je l’entends et non pour faire plaisir aux autres. Je passe des nuits entières à travailler sur différents projets pour atteindre un but bien déterminé afin que mes fils aient une trace à suivre sans pour autant s’écarter de leurs propres objectifs.

Je me souviens de 2004 comme si c’était hier… Le pays était en guerre, le président Aristide vient d’être balancé du pouvoir, des civils armés ont fait la loi pendant un long moment. Si le pays subissait ces désagréments, le mien ne faisait que commencer. C’est facile de juger une personne quand elle atteint une partie de son objectif mais difficile de connaitre les difficultés qu’elle a surmonté pour arriver là où elle est maintenant. J’ai été humiliée, blessée, maltraitée malgré tout j’ai gardé espoir. Tout le monde dit que je suis forte, euh oui, je le suis à cause des épreuves que j’ai surmontées pour arriver jusqu’ici… Tu ne me connais pas et arrêtes de comparer notre mode de vie, on est différent.

je n’oublie jamais d’où je viens et pourquoi je me préserve parfois de certaines choses… J’ai connu la douleur, l’humiliation, la haine, la peur. Comme dit le dicton ce qui nous tue pas nous rend plus fort. Ah, oui, je deviens plus forte physiquement et mentalement. Rien ne peut m’écarter de mes objectifs car j’ai connu des moments dans ma vie qui m’ont complètement déstabilisés. Je vois ces passages douloureux comme une chance de m’entrainer à devenir plus forte, j’ai acquérit plus de sagesse et de clarté que je peux utiliser lorsque les problèmes deviendront plus durs.

Allongée sur ce lit d’hôtel, tout m’est revenu comme un rappel. De 2004-2009, j’étais biaisée, je perdais pied et ce dimanche 8 mars 2020, tous ces sentiments, ces horreurs me remontent à l’esprit comme si c’était hier. J’entends encore sa voix dans ma tête, je ressens encore son regard sur moi à chaque pas que je fais dans l’allée. Euh, oui, j’ai vécu avec le diable pendant 5 ans et il ne m’a pas brisée. A cette époque de ma vie tout était noire et la noiceur a pris place dans mon coeur.

Ce soir, où j’ai vu ma mère par terre en train de vider toutes les larmes de son corps, ce fut la nuit la plus triste de ma vie. De grosses etendues d’eaux sortaient de ses yeux, la douleur qui ravageait son coeur cette nuit là était atroce, même le vent a pleuré, tout était sombre et mes entrailles se brisaient, je me sentais impuissante. Ce fut le signal ultime. Moi, mes soeurs et frères devrions faire quelque chose mais c’était impossible, nous n’avions pas le moyen et tout le monde était contre nous. Nous étions livrés à nous-mêmes…

Ce que j’ai vécu, je dois me battre pour éviter que mes fils subissent le même sort c’est la raison pour laquelle je travaille dure pour qu’ils aient une meilleure vie que moi. Ils doivent vivre librement, aimer sans condition et être généreux. Je veux les inculquer la notion même de la sagesse, je veux qu’ils soient meilleurs que moi. J’ai essayé d’oublier et d’agir comme mes frères et soeurs, malheureusement, rien ne change. A chaque fois que je la vois ou l’entends, tous mes douloureux souvenirs reviennent et mon coeur s’endurcit. C’est pas la peur car depuis bien longtemps je n’ai plus peur de rien c’est tout simplement la haine.

Je me demande comment un humain peut malraiter un autre… Pourquoi? Je ne me rabaisse jamais devant personne mais je respecte tout le monde. J’ai plusieurs visages, j’utilise chacun à la façon dont on me traite. Personne ne sait vraiment qui je suis et je préfère continuer comme ça. Quelqu’un m’a dit un jour, comment je peux traverser toutes ces obstacles et offrir de l’amour sans condition à quelqu’un. C’est vrai, il connait un peu mon histoire mais, tout ce que je fais, je le fais avec sincérité et c’est pourquoi je souffre toujours.

Ma souffrance est grande, mon amertume est profonde. Je suis une solitaire, j’aime rester seule, loin des gens. Depuis mon enfance, j’avais l’habitude de jouer toute seule enfermée dans une chambre et aujourd’hui, je me sens mieux quand je suis seule… J’aimerais que mes fils s’épanouissent davantage, qu’ils n’héritent pas de mes habitudes. Ils auront une belle vie et je ferai en sorte de les apprendre à profiter de la vie. J’ai surmonté d’énormes difficultés pour être ici et mes blessures sont toujours ouvertes… C’est difficile de guérir de certains maux.

L’humiliation est un état émotionnel négatif qui laisse une profonde trace en chacun de nous. Sentir que nous manquons de valeur, que nous sommes médiocres et que, quoi que nous fassions, nous serons considérés comme ridicules, est une croix que nous pouvons traîner derrière nous pendant longtemps. Ma souffrance est perpétuelle et personne ne peut l’enlever car elle fait partie de moi. Je peux sourire, ressentir de l’amour mais au fond de moi, je suis ravagée et ma haine est immense.

Par Esther V. (Bibi toutan)

1 thought on ““Ma souffrance perpétuelle”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.