“Mon dernier rayon”

Je me suis réveillée ce matin avec une énergie positive qui me booste complètement, j’ai préparé du café, du pain grillé et deux blancs d’oeufs. Je me tiens sur le balcon avec ma tasse à la main tout en écoutant un peu de musique. Arrivée à la mélodie de “jijem” de Kaï et de Medjy là je ressens quelque chose me traverser littéralement. J’ai pris une chaise, toujours vêtue du short noir et du t-shirt noir avec lesquels j’ai passé la nuit… plume à la main, une brise m’a caressé et je souris. Et sur ma peau courent les premiers frissons.

Je pense à la seule personne qui peut réellement me juger et qui sait presque tout de moi. Oui, la bonté humaine que j’ai rencontré il y a un an, ce diamant qui m’a fait renaitre de mes cendres. Tout d’un coup , je ressens le frisson de ses douces mains sur ma peau, de sa bouche caressant langoureusement mon cou, la tendresse de ses lèvres sur les miennes. Peut-on aimer une personne à un tel point? Voilà la raison pour laquelle j’aime autant la mythologie grecque. Je ne savais pas que je pourrais tomber amoureuse et toi, tu me fais vivre l’amour d’une autre façon.

J’ai fermé les yeux pour déguster chaque mélodie et je me retrouve avec toi dans les profondeurs d’actes érotiques où nous partageons des délicieux moments d’amour, caressant avec passion chaque parcelle de ton corps chocolaté, de la bave dégoulinant de ma bouche, mes mains tremblent, des papillons dans mon ventre, je ressens ton corps s’affermit sur la passion de ma caresse intense. Je ne veux pas seulement chuchoter des mots à tes oreilles, je veux que tu savoures ces moments intimes pour ne pas oublier la passion de nos corps en action.

La façon dont tu me prends pour m’appuyer contre le mur, l’agressivité dans tes baisers, la lumière qui brille dans tes yeux au moment de me dire le mot magique ( je t’aime). Tu me dis que tu veux être mes cheveux pour pouvoir t’enrouler sur moi… j’aime la façon dont tu me touches, quand tu glisses de mes épaules à mon ventre tendrement. Tu prends le temps d’entendre s’entrouvrir mes jambes, chut…passant ta langue sur tes douces lèvres. Attends!

Tu avances doucement ta tête vers mon palais royal où ton orchestre joue passionnément une douce melodie… J’aggripe mon oreiller, mon corps refuse de rester figer, bougeant sous la cadence de ta langue qui me fait perdre tous mes moyens… J’enlève ta tête, je t’attire vers moi, je t’embrasse et tu me dis n’aies pas peur de faire deborder tes mains sur mes seins ou ailleurs, je n’ai pas de préférence juste sentir nos deux corps se frémir et de faire monter le désir de se redécouvrir.. Pardonnes mon élan si c’est un peu violent, j’ai peur de rêver et de me réveiller sans ton corps à côté du mien.

Nous laissons nos deux corps nus s’unir, nos caresses augmentent sous le feu intime qui se dégage entre toi et moi, que nous nous emportons jusqu’à ne plus savoir à qui de nos deux ventres est la respiration. Nous perdons la notion du temps. Malgré le climatiseur de la chambre, cette passion qui nous brûle, a rempli la pièce et nous transpirons à grosses gouttes…Je te regarde dans les yeux quand tu me dis que “si je partageais pas ta vie, tu te sentiras perdu”. Et mes lèvres émues s’éternisent sur les tiennes.

Soudain, je ressens une main me toucher, me secouer avec force, j’ai sursauté et j’ai ouvert les yeux pour voir ma mère se tenant devant moi. Elle me fait signe pour essuyer la bave qui coule de ma bouche, mes yeux étaient rouges car la passion m’a consumé. En me levant de la chaise, je me sens tout mouillée et oui, j ‘ai fantasmé sur toi. Alors tu sais maintenant que personne ne peut prendre une place dans mon coeur car tu es la seule personne avec laquelle je veux ressentir ce frisson. Je veux me battre, même me sacrifier pour garder notre amour intact.

Je regarde l’horloge et c’est bien l’heure de me rendre au boulot… J’ai enlevé mon short pour prendre un bain c’est tellement mouillé je pense même que j’avais fait pipi…rire. Je prends une pause en laissant couler l’eau du robinet sur moi, les yeux fermés. Je ne savais pas que t’étais déjà réveillé et tu pénètres sous la douche pour faire de ce moment de fantasme une réalité…Pause. L’amour vrai c’est inimaginable et t’avoir à mes côtés est la meilleure chose qui m’est arrivée dans la vie. Tu es la lumière qui éclaire ma vie même dans l’obscurité, tu es tout ce dont j’ai besoin et plus encore. Tu es mon dernier rayon et je veux vieillir à tes côtés, crois moi.

Par E.V (Bibi toutan)

2 thoughts on ““Mon dernier rayon”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.