Coupable, oui je le suis!

Je ne voulais pas te perdre, ni t’abandonner parce que ce que je vivais à cette époque là semblait réelle. Du temps au téléphone, des appels en vidéos, des petits moments de plaisirs, des anecdotes sur nos amis pour intensifier nos liens. Je voulais t’ofrrir le meilleur de moi, te montrer ce qu’est vraiment l’amour. Et pourtant je n’avais fait que le contraire en brisant ton petit coeur.

On voulait vivre la passion, aucun de nous deux ne voulait faire le premier pas, faire de sacrifices pour embellir nos quotidiens et vivre passionément comme Roméo et Juliette… Ressentir ton empreinte sur moi, sceller ensemble nos deux âmes pour savourer le bonheur éternel. Mais, rien n’a été fait, nous étions comme deux inconnus.

Vouloir à tout prix être le gagnant, être celui qui aime plus que l’autre, on était foutu… Notre confiance s’est envolée et inconsciemment nous avons perdu la magie de l’amour qui existait entre nous. Nous nous sommes tellement résolu à être celui qui aimait tout seul que nous avons oublié où puiser notre force et nous avons perdu notre identité.

Avec tous ces problèmes, nos sentiments ont disparu car nous voulons à tout prix donner tort à chacun de nous et oublier ce que nous vivons auparavant. La sensation charnelle qui nous a unit au début s’est transformé en désarroi. Tu m’as consumé à petit feu, mon arrogance a pris le dessus et nous avons laissé partir l’amour. Nous avons essayé de coller les morceaux, se donner tous les moyens pour y parvenir mais notre stock de résistance a été épuisé et nous nous retrouvons sans rien. Voulant échapper au désastre, notre arrogance nous a empêché de trouver une solution et tout était fichu…

Considérant tout le temps que nous avons perdu à nous tester, souhaitant que l’un d’entre nous se soumettra, prendra tout le tort… Trop fiers de faire notre mea culpa. Notre relation s’est brisée depuis bien longtemps ainsi que nos rêves… Lorsque je te voyais toutes les émotions devraient se réunir ( passion, désirs, tendresse, admiration) mais rien de tout ça m’a atteint, je me sentais comme un tonneau vide, sans vie et remplit de haine.

Je cherchais tellement la personne parfaite et qui me rendait unique, je t’ai délaissé, humilié, expié, injurié. Mais, cet amour qui me transpercait le coeur lors de notre rencontre a disparu car j’étais aveuglée par une haine incessante contre mon ex qui m’a transformé en une bête sauvage. Plus besoin d’entendre ta voix et pourtant au fond de moi, je voulais juste te manquer. Mais par nos injures, nos face à face sont devenus des torts à torts. Plus rien ne collait entre nous.

Si un 27 décembre était merveilleux, magique. Quelques mois plus tard, tout est devenu mélancolique et triste. On a perdu nos liens qui nous unissaient réellement. Alors s’il faut que je descend pour remonter, être malheureuse pour ensuite être heureuse, triste pour devenir contente, je suis prête à en prendre le risque. Je t’ai blessé, oui, je sais! Y-a-t-il un peu d’espoir pour sauver notre amour?

Comme David Foenkinos a dit “la douleur, c’est peut-être ça: une façon permanente d’être déraciné de l’immédiat”. Oui, mon ex m’a complètement brisé et au lieu de te savourer j’ai fini par tout gâcher entre nous. Je t’ai fait du mal pour oublier rien qu’une seconde que j’avais mal intérieurement. Je n’aime pas ce que je ressens, cette sensation d’être perdue alors qu’avant tout mon chemin était tracé. C’était comme si mes échecs amoureux avaient effacé mon objectif, éteint la lumière qui brillait autrefois en moi et j’avance les yeux fermés dans le noir.

Tu souhaitais toujours arranger les choses mais, moi je ne voulais rien entendre… Malgré tout, tu continues à m’aimer. Je m’en veux de t’avoir blessé, de t’avoir dit des mots inimaginables, j’aimerais tant pouvoir effacer ces choses idiotes. Amertumes, douleurs, injures… J’aimerais revenir en arrière pour tout corriger mais c’est impossible. Je ne te demande pas d’oublier juste me donner la chance pour te présenter mes excuses. Notre relation aurait pu être belle et je m’en veux d’avoir rompu le dialogue. Malheureuse vie, j’aurais dû te dire souvent ce que je resssens pour toi.

Par Esther V. (Bibi toutan)

One thought on “Coupable, oui je le suis!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: